Isol2Vert

Isolation naturelle Icynene

A l’heure où l’on cherche à réduire les dépenses d’énergie dans l’habitat, l’isolation thermique est au centre toutes les attentions. Des travaux d’isolation permettent en effet de diminuer la facture de chauffage, d’accroître le confort dans le logement, mais aussi de réduire les rejets de CO². Voici les différents travaux qui peuvent améliorer l’isolation thermique de votre logement.

Pourquoi améliorer l’isolation d’un logement ?

Plusieurs raisons peuvent motiver des investissements dans l’amélioration des performances thermiques d’une habitation. La première est bien souvent financière : améliorer l’isolation d’un logement permet à ses occupants de diminuer leur facture de chauffage en hiver. En été, une bonne isolation permet également de conserver de la fraîcheur dans la maison, et ainsi de limiter l’utilisation de la climatisation.

Une habitation bien isolée peut par ailleurs améliorer le confort de ses occupants. On évite ainsi la sensation désagréable que procurent des parois froides en hiver et chaudes en été. Couplée à une ventilation efficace, une bonne isolation thermique diminue la condensation dans la maison, qui peut entraîner une dégradation plus rapide des revêtements muraux ou des huisseries, par exemple.

Même si ce n’est pas la motivation première, réaliser des travaux d’isolation thermique permet souvent d’améliorer l’isolation acoustique d’une habitation. Autre intérêt non négligeable, l’isolation, en réduisant la consommation énergétique, diminue également la quantité de CO² (gaz à effet de serre) rejeté dans l’atmosphère. En réalisant ce type de travaux, vous participez donc à la préservation de l’environnement.

D’une façon générale, améliorer l’isolation thermique d’un logement contribue à sa valorisation. Celle-ci est notamment attestée par le diagnostic de performance énergétique devenu obligatoire avant la vente ou la location d’un bien immobilier.

Par où s’échappe la chaleur d’une habitation ?
Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), une maison individuelle non isolée perd 20 à 30 % de sa chaleur par le toit. 20 à 25 % de la chaleur quitterait l’habitation par les murs, 10 à 15 % par les fenêtres, 7 à 10% par les planchers bas et 5 à 10 % par les ponts thermiques. Ces chiffres peuvent indiquer les travaux à réaliser en priorité. Mais le choix des travaux d’isolation d’une maison dépend aussi de l’existant et des éventuelles autres rénovations à effectuer.

La notion de pont thermique est à connaître lorsque l’on s’intéresse aux questions d’isolation. C’est en effet l’un des principaux combats à mener, mais également l’un des plus délicats. L’ADEME le définit ainsi : « zone ponctuelle ou linéaire qui, dans l’enveloppe d’un bâtiment, présente une moindre résistance thermique ». Les ponts thermiques peuvent notamment se situer autour des ouvertures, ou dans l’angle séparant le plancher du mur d’une pièce.

Comment mesure t’on l’efficacité d’un matériau d’isolation ?
Pour désigner l’efficacité d’un produit isolant, on parle de « résistance thermique » (R) . Celle-ci figure sur l’étiquette de chaque produit : plus l’indice R est important, plus le produit est isolant. Il se mesure en calculant le rapport de l’épaisseur du matériau sur sa conductivité thermique. La résistance thermique est exprimée en m².K/W.

Categories: isolation

Leave a Reply