google-site-verification=k35NoXHf5mEqzWlSb_PAmjWjRrVYmnVTY2pqq0qsK5c
 

Mousse projetée molle ou dur

Il y a mousses d’isolation projetées ET mousses d’isolation projetées ! # 1

Les mousses isolantes projetées peuvent être divisées en deux grandes catégories : les mousses à cellules ouvertes et celles à cellules fermées.







La majorité des mousses à cellules ouvertes sont perméable à la vapeur d’eau. De ce fait, et pour autant qu’elles soient appliquées sur une surface perméable à la vapeur d’eau (par ex. une sous-toiture contemporaine) elles permettent de se passer de la pose d’une membrane « pare-vapeur » du côté « chaud » de l’isolant. Cependant elles sont, en général, également étanche à l’air, ce qui est une qualité très importante pour obtenir une isolation de qualité.



Il y a mousses d'isolation projetées et mousses d'isolation projetées

Généralement, les mousses à cellules ouvertes ont une faible densité de l’ordre de +/- 10 kg/M³. De ce fait elles ont une certaine souplesse qui leur permets de suivre les mouvements des structures sur lesquelles elles sont appliquées (par ex. charpentes ou ossatures bois) sans jamais se fendre ou déchirer ce qui est excellent pour garantir une bonne étanchéité à l’air à long terme, tant que pour l’isolation supérieure d’un bâtiment (toitures et plafonds) que la latérale (surfaces murales). Revers de la médaille, leur souplesse ne leur permet pas d’être appliquées pour l’isolation d’un sol devant recevoir ultérieurement une charge importante comme par exemple une chape sable-ciment suivi d’un carrelage. Certains produits de cette catégorie (comme par exemple ceux fabriqués par ICYNENE) permettent une application jusqu’à près de 30 cm d’isolant en une seule couche.


Les mousses à cellules fermées


Elles sont quant à elles étanches à l’eau et à l’air, à condition toutefois qu’elles soient appliquées sur un support stable, ferme et garanti sans mouvement. Elles ont aussi souvent une densité de l’ordre de +/- 40 Kg/M³, sont rigides et ont une bonne résistance à la compression, et de ce fait conviennent parfaitement pour l’isolation de sols devant recevoir après isolation, système de chauffage sol + chape + carrelage. Par contre, du fait de leur étanchéité à l’eau et de leur rigidité, elles ne conviennent absolument pas pour l’isolation de structures en bois ou de plafonds sujets à mouvements. De plus, afin d’éviter tout risque de fluage (mouvement vertical vers le bas par compression entrainant une descente du revêtement de sol), il est prescrit de ne placer qu’un maximum de 4 cm d’isolant par couche avec un temps de refroidissement entre deux couches et un maximum de trois couches par 24 heures.


Vous aurez donc compris que les mousses à cellules ouvertes sont généralement indiquées pour l’isolation de toitures, plafonds et murs mais contre-indiquées pour l’isolation de sols devant être ultérieurement « chapés », alors que les caractéristiques et usages des mousses à cellules fermées sont inverses. .

Ces deux catégories de mousses peuvent aussi être chacune divisées en fonction de leur composition chimique. Soit en phase aqueuse ou en phase solvantée. Mais cela fera l’objet d’une autre information technique. Quoi qu’il en soit pour toute question ayant trait à l’isolation thermique de votre bâtiment, il n’y a qu’’une seule adresse valable : ISOL 2.vert, votre spécialiste isolation.




Pour vous tenir au courant de nos conseils et de nos articles intéressants, n’hésitez pas à consulter notre page Facebook régulièrement.

www.facebook.com/isol2.vert